Polluant et peu contrôlé, le pétrole que brûlent les gros navires marchands est dans le viseur des autorités. Les traders suisses jouent un rôle croissant dans le commerce de ce produit décrié. Révélations sur ce monde obscur, entre vapeurs soufrées et résidus toxiques


 
 

Sylvain Besson (Texte/photos)  •   César Greppin (illustrations/montage)  •   Marie Parvex (données)  •  Octobre 2016

Le soir tombait sur la mer du Nord lorsque policiers et inspecteurs environnementaux néerlandais abordèrent le Freja Crux, un chimiquier à coque rouge long de 183 mètres, le 22 novembre 2012. Cause de l’arraisonnement: les 825 tonnes de fioul noir, visqueux et gorgé de soufre qui emplissaient les cuves du navire en vue de son départ vers le Chili.

LE FREJA CRUX: un plein de fioul frelaté à 480’000 dollars

Quelque chose dans ce carburant n’était pas normal. En le testant, des contrôleurs privés avaient détecté des teneurs trop élevées en styrène, un composé organique qui peut boucher les moteurs, et en DCPD, un produit blanchâtre et toxique à haute dose. Selon un inspecteur de la société Lintec, ces composants étaient probablement issus de «déchets mis dans la chaîne de production du fioul pour éviter de coûteux frais d’élimination». Le propriétaire du navire, l’armateur danois Lauritzen, a exigé le remplacement du carburant, le jugeant «contaminé» et impropre à l’usage. Le fioul a dû être repris et détruit à terre, comme un déchet.

Un rôle discret, encore tabou

De façon surprenante, l’affaire fait apparaître deux acteurs suisses. Vendeur du plein suspect pour 480 000 dollars, Cockett Marine est une filiale du trader genevois Vitol. Le producteur du carburant, Lukoil/Litasco, est un pétrolier russe dont la filiale de trading se trouve à Genève. La présence de ces groupes semi-helvétiques dans ce dossier n’est pas un hasard. Les traders pétroliers de Genève et Zoug jouent un rôle croissant sur l’énorme marché du carburant pour bateaux. Un rôle discret, que notre enquête met partiellement au jour, et qui pourrait se renforcer au moment où le secteur est bousculé par des changements sans précédent…

[showmodule id="26202