LES FERRIES à Brégaillon, TPM en parle depuis 10 ans sans s’y résoudre…

Il est encore temps de prendre les bonnes décisions pour l’avenir !

   Alors que l’activité du port de Brégaillon s’est effondrée il semble indispensable de faire l’historique des occasions ratées de transférer le trafic ferries dans ce port ( voir dossier joint).

CE PROJET N’EST PAS CELUI D’ OPPOSANTS A MONSIEUR HUBERT FALCO, C’ EST SON PROJET !

Je rencontre des gens incrédules à la lecture de ce qu’il sont en droit de prendre pour un roman. Voilà des preuves. Les décideurs, élus et présidents ou cadres de la CCI ont depuis plus de 10 ans travaillé et commandé des études payantes sur ce sujet du transfert mais la politique a toujours pollué les débats. Aujourd’hui ce combat pour libérer le centre de la ville capitale d’un fardeau pour la circulation urbaine et d’une source de pollution de l’air en zone d’habitat très dense qui peut perdurer pour les 550 escales courtes annuelles au delà de la mise en service du courant terre est parfois accusé d’être une mauvaise action envers les Seynois. Voici quelques arguments qui permettent de relativiser: Les Seynois du quartier proche ont connu plus de 15 années de trafic RORO pendant lesquelles ils ont très peu protesté contre les navires eux mêmes. Récemment ils s’étaient plaints des groupes frigo des camions en attente stationnés trop près. Leurs élus voulaient augmenter le trafic, ils se réjouissent aujourd’hui de la perspective à partir de 2020/2021 du ferroutage ou plutôt du transport ferroviaire qui va pourtant imposer des passages à niveau sur deux grands axes à l’est de la ville

Mais surtout la population dans un rayon de 800 mètres est beaucoup moins importante qu’à Toulon et l’habitat est en totalité à l’ouest du port c’est à dire du côté d’où viennent les vents dominants. Enfin si une décision devait être prise de nouveaux postes d’amarrage RORO ROPAX ne seraient opérationnels que d’ici 3 ans environ. Le courant terre sera alors immédiatement disponible et les navires seront plus respectueux de l’environnement, avec GNL, scrubbers, filtres etc. L’usage du gazole marin sera obligatoire pour tous les navires avant l’entrée dans la rade.

Il est encore temps de prendre la bonne décision!

Jean Charbonnier

 

Télécharger (DOCX, 1.42Mo)

[showmodule id="26202